Parle-leur de batailles, de rois et d'éléphants (M. Enard)

Publié le par Mira

L'histoire

 

Abandonnant le pape Jules II à Rome et le chantier qu'il a commencé pour lui, Michelange part pour Constantinople où le sultan Bajazet lui propose de dessiner un pont. Jamais Michelange n'a pris part à ce genre de projet. Motivation supplémentaire, le grand De Vinci s'y est cassé les dents !

 

Sur place, Michelange est accueilli par le trouble et aimant poète Mesihi de Pristina, qui lui vouera une admiration sans limite. Mais c'est une danseuse à l'identité sexuelle mystérieuse qui capte son regard jusqu'à l'obséder, lui qui se définit comme un insatiable travailleur, peu enclin aux plaisirs des sens ! 

Parle-leur de batailles, de rois et d'éléphants (M. Enard)

L'ambiance

 

Ce qui m'a particulièrement fappée dans ce roman, c'est son ambiance. Le mystère plane sur l'histoire, à travers la présence entêtante de la danseuse orientale, mais aussi dans les intrigues politiques qui ponctuent le roman.

 

Mystérieuse encore est la part de vérité dans ce texte, dont Matias Enard soulève le voile dans un épilogue où il nous explique que le donné historique est très ténu dans son roman.

 

Ambiance orientale évidemment, écriture très poétique, ambiguïté du personnage de Michelange, entre rudesse et sensibilité ... Un roman à lire (certains l'ont d'ailleurs lu et ... élu - Prix du lycéen). 

 

Parle-leur de batailles, de rois et d'éléphants (M. Enard)

Publié dans Romans historiques

Commenter cet article