Le chant de la Tamassee (R. Rash)

Publié le par Rhétos ISMP 2014-2015

Le chant de la Tamassee (R. Rash)
Le chant de la Tamassee (R. Rash)

L'histoire

 

Maggie, photographe pour un grand journal, retourne dans son village natal du Comté d'Oconee pour couvrir, avec le reporter Allen Hemphill, les suites d'un accident. Ruth, douze ans, en vacances avec ses parents dans les Appalaches s'est noyée dans la Tamassee, à la frontière entre Caroline du Sud et Géorgie. L'histoire est tragique, mais pourrait être simple si la rivière n'avait pas "décidé" de garder le corps de l'enfant. Le problème devient épineux !

D'un côté, le père de Ruth, un puissant banquier soutenu par des hommes politiques, exige l'érection d'un barrage provisoire afin que le corps de sa fille lui soit rendu. Le lecteur découvre ce père déterminé et une mère qui demande seulement de pouvoir faire le deuil de son enfant. De l'autre côté du ring, Luke, l'activiste écolo du coin, se bat pour qu'on ne touche pas à pas protégée, pour qui il a obtenu il y a quelques années le label "rivière sauvage".

A travers ce reportage, Maggie retrouve son enfance, sa famille, son premier amour et son père, qui risque de mourir avant qu'elle n'ait accepté de règler leurs vieux différends.

Le chant de la Tamassee (R. Rash)

Un plaidoyer

 

Au delà du roman et bien plus que Un pied au paradis, ce récit est un plaidoyer en faveur de la nature sauvage, des derniers coins de Paradis qu'on peut trouver dans certains états américains. Bien sûr, la voix de Rash est portée par Luke, le militant, mais surtout, Rash nous fait voir, sentir la pureté de la nature à travers les descriptions des lieux et l'attachement des habitants de Tamassee à leur rivière.

Le chant de la Tamassee (R. Rash)

Un magnifique récit

 

J'ai dit que ce texte était un plaidoyer ? Bien sûr, mais pas que ... C'est aussi un récit bien construit, l'histoire d'une femme rattrapée par son passé et au pied du mur ... Maggie se retrouve forcée d'accepter l'épreuve de la maturité : regarder les drames de son enfance en face et accepter que son père est juste un être humain.

En même temps, Maggie sort de sa torpeur affective pour construire, enfin, son avenir de femme.

Pour moi, il n'y a dans ce roman aucun passage, aucune description, aucun souvenir, aucun sentiment, ... (vous avez compris l'idée) superflu. Bref, je suis de plus en plus fan de Ron Rash !

PS : Vous me pardonnerez la profusion de coeurs quand vous aurez découvert ce roman !

 

Si vous voulez plus de détails sur l'histoire, lisez ici.

 

Le chant de la Tamassee (R. Rash)

Commenter cet article