Une dernière chose avant de partir (J. Tropper)

Publié le par Mira

Attention, déprime assurée !

 

Drew Sliver est une ancienne étoile du rock, qui a brillé le temps d'une chanson "Rest in peace", dont le titre est au coeur de l'histoire. Aujourd'hui divorcé, éloigné de sa fille par son inertie, Sliver végète dans une résidence habitée par des pères célibataires qui usent leurs journées à s'auauto-détruire en bavant sur des étudiantes en bikini, le Versaille !

 

Au même moment, Sliver apprend que son aorte menace de lâcher, qu'il va donc mourir, et que sa fille de dix-huit ans est enceinte. Par une bizarrerie de raisonnement, c'est à son père, qu'elle méprise et tient loin de sa vie, qu'elle vient demander conseil.  En une semaine, la vie de Sliver bascule, son passé refait surface dans une grande vague de nostalgie, sa vie lui parait si pourrie qu'il préfère ne rien faire pour la sauver ... 

Bien que sans cesse déçue par Drew, sa famille se démène pour le convaincre de se faire opérer, car elle a besoin de lui. Même son ex-femme, censée le haïr, semble tenir à ce qu'il reste encore un peu dans sa vie.

 

Donc, si vous avez besoin de soleil, d'une histoire gentille ... ne faites pas confiance à CETTE couverture !

 

Une dernière chose avant de partir (J. Tropper)

Celle-ci me semble bien plus révélatrice du contenu du roman ...

Une dernière chose avant de partir (J. Tropper)

Un bon roman quand-même

 

Malgré son côté déprimant, le roman se lit agréablement. On a envie de seccouer Sliver et de le voir retrouver le sourire. Les personnages sont attachants parce qu'ils sont vrais, loin de toute idéalisation ... Un petit bémol, Sliver en fait des tonnes dans son rôle de looser, ce qui peut devenir lassant. L'auteur décrit un peu trop ses sentiments et sensations, qui finissent par tourner en boucle, au point que le lecteur pourrait écrire certains extraits lui-même à la fin, tant il y est habitué.

 

Ces allusions trop fréquentes aux sentiments du personnage donnent parfois l'impression qu'il ne se passe rien dans ce roman. Or, en une semaine, les événements s'enchainent, souvent inattendus. Les personnages s'introduisent dans le roman au fur et à mesure, chacun y apportant une touche intéressante. Il y a les personnages de loosers sympas, Sliver et ses amis, les winners exaspérants par leur réussite, mais malheureusement pour Sliver, tout à fait charmants. Il y a les parents de Sliver, le rabbin et son épouse, modèles d'un couple qui dure. Enfin et surtout, il y a Casey, l'adolescente paumée qui crie sans cesse son besoin d'une famille, d'un vrai père et non de cet erzats dépressif et égoïste.

 

J'ai beaucoup aimé ce livre très vrai (parfois à en faire mal), que j'ai lu (notamment) dans le cadre du Challenge 2015 chez Nathalie : un livre qui vous a fait pleurer (les séparations et retrouvailles parents/enfants, ça ne rate pas !!!)

 

 
 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article